https://www.kissthebride.fr/wp-content/themes/ktb
fr
ARTICLE

La data au service de votre entreprise – Partie 1 : une (r)évolution ?

16 juillet 2016 | Partager l'article sur

3 min de lecture

Big, small, smart… pas une semaine ne passe sans que l’on nous parle de data et les termes se multiplient au fur et à mesure que la définition s’affine. Pourtant, le décalage entre l’ultra-médiatisation du phénomène et le manque de concrétisation des projets est flagrant.

Loin de compléter la liste foisonnante des articles sur le sujet, ce dossier, découpé en 4 parties, se veut avant tout pragmatique : que doit-on retenir de la data ? Comment l’appliquer dans la réalité ? Et surtout développé dans une approche marketing client afin de vous donner les clés permettant déceler l’intérêt pour votre entreprise d’en tirer profit.

Retours aux sources : big data, une véritable (r)évolution ?

Si le big data est souvent caractérisé par les 3 V (Volume, Variété Vélocité), peu d’experts s’arrêtent sur une acception commune. Technologie, révolution, modèle économique… les définitions diffèrent selon le point de vue de leur auteur.

Pourtant, la data est loin d’être un phénomène nouveau. Quel que soit leur taille, les données ont toujours existées au sein de l’entreprise. En réalité, la notion de big (data) est apparue sous la révolution digitale qui a agi comme une loupe, amplifiant le phénomène. D’un mode vertical où l’entreprise poussait ses messages vers les clients, nous sommes passés à une approche horizontale dans laquelle le client mais plus largement toutes les parties prenantes de l’entreprise deviennent également une source générant une multitude de données (textes, images, vidéos, données de géolocalisation), en temps réel et à travers différentes interfaces (smartphone, tablette…). Selon l’étude IDC Digital Universe, le nombre de données créées dans le monde serait passé de 1,2 zettaoctets[1] en 2010 à 2,8 en 2012. Et ce chiffre risque d’apparaitre comme minuscule avec l’arrivée des 75 milliards d’objets connectés prévus à l’horizon 2020.

Vers une multiplication des sources de données

Toute la nouveauté de la problématique data réside donc dans ce constat : aux données structurées de type transactionnel ou sociodémographique, « s’ajoutent de nouvelles données non structurées, très rapidement et en très gros volumes » précise Philippe Nieuwbourg, créateur du Data Science Institute.

Devant cette croissance exponentielle, la valorisation des données (structurées ou non) représentent un enjeu stratégique pour les entreprises. Pour autant, l’objectif reste le même : peu importe le type ou la source du moment que l’on parvienne à déceler les données les plus pertinentes et à extraire leur intelligence. Car une fois traitées, nettoyées et analysées, que fait-on de ces données ? C’est la question malheureusement souvent oubliée des manuels et autres livres blancs sur le sujet. L’étude « Big Data Index » révélait récemment que 70% des données présentes dans l’entreprise ne seraient pas exploitées à des fins d’analyse. Or, ce qui compte vraiment au final ce n’est pas la donnée seule mais l’intelligence de ces données qui vont permettre d’orienter les décisions stratégiques et d’agir véritablement.

 

Retrouvez la suite de ce dossier : La data au service du marketing : de l’engagement au business

[1] 1 zettaoctet étant égale à 1 180 milliards de milliards d’octets.

 

L'auteur - Dounia Issaa

Dounia est Directrice Communication chez Loyalty Company."Mon ambition ? Produire des contenus utiles qui fassent sens et alimentent vos réflexions. Ce qui me motive ? Vous inspirer, vous interpeller, vous faire réagir !"Twitter | LinkedIn

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. En savoir plus