https://www.kissthebride.fr/wp-content/themes/ktb
fr
ARTICLE

Transformation digitale : chaque chose à sa place !

24 juillet 2017 | Partager l'article sur

9 min de lecture

S’il y a bien un sujet aujourd’hui dans toutes les têtes et qui fait l’objet de nombre de discussions dans les entreprises, c’est bien celui de la transformation. Transformation de quoi d’ailleurs ? À cette étape déjà, je ne suis pas certain que nous ayons chacun la même compréhension du périmètre. Et d’ailleurs, doit-on parler de transformation ou plutôt de révolution ?

La transformation est bien une révolution

Nous vivons des changements d’une telle ampleur qu’il n’est pas outrancier de comparer notre époque et ses mutations à ce que cette planète et ses habitants ont vécu lors de la révolution industrielle. D’ailleurs comme l’indique Gilles Babinet en introduction de son dernier ouvrage « Transformation digitale : l’avènement des plateformes », cette nouvelle révolution, de l’information et de la communication est en l’occurrence « silencieuse, presque invisible, mais d’une puissance inégalée ».
Le terme « révolution » n’est donc pas galvaudé. J’imagine cependant sans mal qu’il est plus aisé de parler de transformation. C’est moins effrayant. Le terme est également plus fédérateur. Il induit moins directement les bouleversements significatifs et souvent brusques qu’implique une révolution. Soit. Remettons donc au centre des débats cette notion de transformation mais arrêtons de la considérer uniquement sous l’angle technologique. La considérer comme la conséquence de la multitude d’innovations qui nous inondent chaque jour un peu plus, facilite un raccourci souvent fait dans les entreprises.
Non, il ne suffit pas « d’upgrader » un logiciel, d’investir dans des nouvelles machines ou de changer les « devices » des collaborateurs pour revendiquer réflexion et déploiement d’un chantier de transformation. Car celle-ci est bien plus profonde et nécessite de remettre chaque ingrédient de cette transformation à sa bonne place.

Les hommes sont les premiers acteurs de cette transformation

Au centre de cette transformation se trouvent d’abord les individus. L’être humain est la première richesse des entreprises. Dans cette logique, imaginer qu’il soit spectateur et non acteur est un non sens ! La transformation digitale est d’abord une transformation de la façon d’inscrire les femmes et les hommes dans les projets de l’entreprise.
Les mutations que nous vivons sont en effet l’occasion de repenser son modèle, ses clés de construction de valeur, le sens qu’elle donne aux marques.
L’intelligence collective est un formidable ressort pour réinventer ces différents ingrédients de la performance. La culture des silos et les logiques managériales fondées prioritairement sur un modèle hiérarchique dominant doivent être repensées. Il devient alors possible de mieux capitaliser sur les apports de nouveaux modèles de collaboration qui amplifient les forces créatives naturellement présentes dans toutes les entreprises. Ainsi, les entreprises qui ont compris l’intérêt de s’organiser autour d’équipes de plus petite taille, pluridisciplinaires, disposant d’une réelle autonomie, voient chaque jour les effets positifs de ce modèle sur leur agilité, leur réactivité et leur capacité à répondre efficacement aux défis du quotidien comme du futur.

Pas de transformation non plus sans acculturation profonde de tous les acteurs de l’entreprise. J’ai été récemment frappé de constater qu’une minorité d’entreprises françaises, à peine 20%, organise des formations pour développer les compétences digitales de leurs collaborateurs. Comment peut-on imaginer embarquer, engager ses forces vives dans un processus de transformation si l’explication des enjeux, des ingrédients et des opportunités n’a pas été faite. Pas étonnant que nombre d’entreprises se retrouvent à devoir gérer des peurs plus que des envies, des rejets plus que de l’adhésion.
La transformation de l’entreprise ne peut pas être la chasse gardée de quelques décideurs. Le mouvement doit être global à l’image des mutations profondes de nos environnements. L’individu est le catalyseur de la transformation digitale et l’oublier conduirait à de profondes désillusions.

La data est le carburant de la transformation

L’individu est le catalyseur de la transformation digitale, la data en est le carburant !
L’être humain, dès l’origine, n’a cessé de rechercher les meilleures façons pour enregistrer et transmettre ses découvertes et les connaissances qui en résultent. Mais jamais, nous n’avions été à l’origine d’un tel flux continu de données à ce point capables d’écrire et conserver notre histoire collective autant qu’individuelle. Jamais les moyens permettant de récupérer ces données, de les agréger et surtout de les exploiter n’avaient été à ce point performants. Et ce n’est qu’un début !
Cisco estime que les coûts du traitement de la donnée ont été divisés d’un facteur de 70 000 en vingt ans. En 30 secondes, la plateforme Facebook génère plus de 2 millions de likes, 225 000 nouveaux tweets sont publiés sur Twitter. Cet afflux incroyable de données est beaucoup plus qu’un simple ingrédient de la transformation digitale. Les données rendent tout simplement l’entreprise beaucoup plus intelligente. Elles remettent aussi le client au centre de tous les processus car sa connaissance et sa compréhension ouvrent une multitude de solutions pour mieux satisfaire ses attentes, s’adapter à ses contraintes, répondre à ses questions, organiser un dialogue permanent, connivent et engageant.

La data est aussi le carburant des algorithmes qui changent déjà notre quotidien et vont, demain, augmenter nos capacités cognitives, notre potentiel d’ubiquité au travers de moyens d’accompagnement, d’assistance qu’il est encore difficile d’imaginer aujourd’hui. La data crée des nouvelles formes de collaboration entre les entreprises, entre les organisations. Les entreprises ouvrent ainsi la porte à une somme de connaissances facilitatrices ou créatrices de nouvelles perspectives de services. La data est un carburant incroyable qui accélère, booste la performance et est capable d’emmener l’entreprise innovante bien plus loin qu’elle l’imagine. La data permet à l’entreprise d’arrêter de réfléchir en vase clos. Elle ouvre de grandes perspectives et l’évolution des technologies qui permettent de la capturer et de la rendre exploitable va multiplier les possibles.

La technologie multiplie le champ des possibles

Oublier la technologie lorsqu’on parle de transformation digitale serait bien entendu un oubli impardonnable. Mais la placer au centre de toutes les réflexions est une erreur grave. La technologie doit rester un moyen et sûrement pas être positionnée comme un objectif. La technologie facilite la transformation et peut contribuer à l’accélérer… lorsqu’elle est bien comprise, bien positionnée, bien intégrée. Les marketeurs savent à quel point il est aisé de se perdre dans les méandres des solutions qui inondent chaque jour un peu plus le marché. Je vous invite à lire mon billet sur le sujet : Technobésité, la nouvelle maladie des marketeurs ainsi que celui qui a suivi et qui vous propose 3 axes pour vous y retrouver dans cette jungle des MarTechs : Technobésité, comment s’y retrouver dans le paysage des MarTechs.

La technologie peut certes s’avérer complexe mais elle procure incontestablement des gains de productivité. Elle ouvre aussi le champ des possibles. Pour exemple, le développement du cloud, des API qui facilitent l’interfaçage des organisations et des entreprises ouvrent des possibilités de réorganiser nombre de processus de production, de commercialisation au travers de plateformes qui font tomber les barrières et en premier lieu celles des frontières. Là encore, les changements de business modèles sont en vue ! Là encore, réside dans cette transformation autant de risques que d’opportunités. Mais n’en doutez pas, si vous ne vous saisissez pas de ces leviers pour en faire des ressorts de développement de valeur, d’autres le feront à votre place et plus vite que vous ne pouvez l’imaginer.

L’époque que nous vivons est excitante !

Elle porte à mon sens plus d’espoirs que de peurs pour autant que chacun comprenne les enjeux de la transformation. Les hommes doivent rester au centre de toutes les réflexions, être associés et impliqués dans toutes les étapes de la transformation. Intégrez la data à hauteur de son potentiel. Elle est source d’une nouvelle vision créative de l’entreprise, de son positionnement et de ses offres. Et n’oubliez pas bien entendu la technologie, sans pour autant considérer qu’elle constitue une fin mais plutôt une base, un socle solide et évolutif des transformations que vous avez décidé d’opérer.
Chaque chose à sa place donc !

L'auteur - Olivier Bertin

Olivier est Consultant Stratégique au sein du groupe Loyalty Company. Convaincu que le marketing se réinvente chaque jour autant grâce aux idées qu’à l’effervescence technologique. La transformation ne se décrète pas, elle se vit !

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. En savoir plus