158 ter rue du Temple
75003 Paris

100 allée des Frênes
69760 Limonest

395 rue du Général de Gaulle
59700 Marcq en Baroeul

Social Media Marketing

Social Shopping : les marques passent à l’offensive du e-commerce nouvelle génération

Devant l’envolée des réseaux sociaux ces dernières années, accentuée par la crise sanitaire, les plateformes se sont lancées dans la course au Social Shopping. Le Saint Graal pour toutes les plateformes : devenir une interface de vente à part entière. Si le Social Shopping a aujourd’hui le vent en poupe, quels sont les avantages pour les marques et comment l’utiliser efficacement ?

1/ La montée en puissance du Social Commerce

Le Social Shopping fait d’abord son apparition sur le marché chinois, haut lieu du Social Commerce. Selon e-Marketer, les ventes de commerce social en Chine atteindront 242,41 milliards de dollars cette année soit 11,6% des ventes totales de e-commerce dans le pays. Côté occident, le Social Shopping séduit de plus en plus d’utilisateurs et de marques. Selon Yougov, 31% des Français ont déjà acheté un produit via un réseau social et ce chiffre grimpe à 38% pour les 18-24 ans. Alors, qu’est-ce qui motive ces utilisateurs à acheter sur les réseaux sociaux ? Yougov a réalisé une étude sur le Social Shopping en France dont voici les résultats :

Social-shopping-quelles-realites--T

C’est donc cette alliance des réseaux sociaux et du commerce qui a donné naissance à un écosystème où les achats s’immiscent dans la vie sociale des utilisateurs. Les réseaux sociaux débordent donc de leurs usages initiaux pour devenir de véritables moteurs de recherches capables de guider rapidement vers des achats potentiels. C’est pourquoi de plus en plus de marques intègrent le Social Shopping dans leurs stratégies marketing et commerciale. Et chaque plateforme a son propre fonctionnement :

  • Sur Facebook et ses 2,4 milliards d’utilisateurs par mois, les marques peuvent créer une « fanpage » sur laquelle sont placées des images, des graphiques, des vidéos et des textes. L’interaction directe avec les clients est possible ainsi que l’intégration de boutons d’achat. Les publicités dynamiques permettent de personnaliser le contenu et les promotions pour chaque utilisateur.
  • Sur Instagram qui compte plus d’1 milliard d’utilisateurs mensuel, il est possible de poster des photos, des clips, de faire du storytelling via des stories Instagram ou Instagram TV App (IGTV). Selon une étude d’Ipsos de 2017, 53 % des entreprises ont augmenté leur chiffre d’affaires par le biais des ventes sur ce réseau.
  • Côté Pinterest et ses 300 millions d’utilisateurs, chaque marque peut proposer des images, des carrousels ou vidéos directement liés à une boutique. Récemment, la plateforme a ajouté une fonctionnalité permettant d’intégrer en masse le catalogue des marques directement sur Pinterest avec les descriptions de chaque produit et des renvois sur le site e-commerce. 
  • Sur Twitter qui compte 330 millions d’utilisateurs actifs mensuels dans le monde, l’actualité est le maître-mot. Les marques peuvent poster des vidéos et photos des nouveautés produits avec un lien direct sur une boutique.
  • Quant à SnapChat qui possède plus 210 millions d’utilisateurs actifs chaque jour dans le monde, la plateforme propose aux marques différents formats comme le Dynamic Product Ads qui permet aux entreprises de créer des campagnes en temps réel sur la base de leurs catalogues produits et l’algorithme se charge d’optimiser et de personnaliser les mises en avant en fonction de ce que regarde chaque utilisateur.

Bref, il existe pléthore de fonctionnalité pour s’engager dans la course au Social Shopping !

2/ Social Shopping : le nouveau levier de conversion business et relationnel

Le Social Shopping apparaît donc comme un nouveau canal de vente que les marques peuvent facilement activer avec à la clé interactions, visibilité et ventes. Les plateformes quant à elles s’empressent de proposer des fonctionnalités facilitant davantage l’accès aux marques. C’est le cas de Facebook qui va donner la possibilité aux entreprises de créer gratuitement leur boutique en ligne avec de nombreuses possibilités de personnalisation : choix des couleurs, image de couverture, gestion des catégories etc.

Autre avantage inestimable, l’expérience client est fluide et sans rupture ! Le Social Shopping s’insère complétement dans la vie sociale des clients. Simple call to action ou message sur le produit renvoyant à la boutique en ligne… tout est simple et rapide, sans contrainte ni attente.

De plus, les marques peuvent bénéficier du ciblage très précis des algorithmes des plateformes. Ces derniers permettent aux utilisateurs de ne voir que les contenus qui seraient susceptibles de les intéresser en fonction d’un ensemble de critères très pointus. Pinterest, utilise par exemple, l’intelligence artificielle et l’analyse visuelle pour remonter les bonnes épingles auprès des utilisateurs en fonction de leurs recherches en cours. Ainsi, les produits et leurs marques arrivent aux yeux d’utilisateurs déjà potentiellement intéressés, avec un budget Social Ads maîtrisé ! Et qui dit réseaux sociaux dit plusieurs millions voire milliards d’utilisateurs, avec une visibilité décuplée.

Les plateformes fonctionnant sur le principe du partage entre amis et de la conversation, c’est aussi un levier intéressant d’enrichissement de la relation clients. Les marques peuvent entrer en interaction directe avec leurs clients et prospects. Les avis qui sont très recherchés sur les plateformes doivent donc être gérés d’une main de maître afin de profiter de leur portée. En effet, 88% des consommateurs consultent des avis en ligne avant d’effectuer un achat (1). Les utilisateurs qui ont tendance à rechercher un produit puis à taguer ou envoyer le contenu à un ami, offrent aussi aux marques des informations décisionnelles considérables. Les plateformes faisant partie intégrante du quotidien des utilisateurs, elles permettent aux marques d’accroître leur connaissance clients et donc d’affiner leur relation.

Pour autant, tout n’est pas tout rose, il est important aussi de comprendre que les plateformes vont tout faire pour garder la main sur les clients qui effectueront un achat et donc monnayer cette connaissance clients. De plus en plus de plateformes travaillent sur des fonctionnalités permettant de gérer la relation client de bout en bout avec un paiement directe sur la plateforme (comme Facebook, aux Etats-Unis ou WeChat en Chine). Charge aux marques de garder le contrôle sur ces clients et ne pas oublier leur propre site e-commerce au risque de devenir trop dépendant sur ce seul canal de vente. Ainsi la meilleure défense sera une stratégie omnicanale avec un site e-commerce propre.

3/ Social shopping : les 5 étapes incontournables pour se lancer

Alors, quelles sont les bonnes pratiques pour tirer le meilleur du Social Shopping ?

Premièrement, il vous faut connaître votre communauté sur chacune des plateformes. Les réseaux devront être réfléchis selon leur spécificité et leur audience.

Passé cette étape, il vous faudra gagner la bataille de l’attention. Et pour cela, vous devrez proposer des contenus qui intéressent vraiment vos cibles. Ces derniers devront être d’une grande qualité et visuellement attractifs. Là encore chaque réseau aura sa typologie de contenus, et il vous faudra créer des effets de synergie sur le principe de l’omnicanalité.

Vous pourrez ensuite réfléchir à la diffusion et promotion de vos contenus. L’avantage avec les réseaux sociaux c’est que vous pouvez promouvoir un contenu sur une cible restreinte avec un budget maîtrisé, cela minimise le gaspillage et augmente la précision de vos campagnes. Preuve en est de l’efficacité du Social Ads, selon Socialbakers : au dernier trimestre 2020, les investissements publicitaires sur les médias sociaux ont augmenté de plus de 50% dans le monde.

Mais la promotion ne fera pas tout, il faudra engager un travail de longue haleine pour stimuler les conversations au sein de vos communautés. Cela vous donnera des éléments précis sur les attentes de celles-ci et vous pourrez ainsi proposer des produits et contenus encore plus adaptés. Certaines marques mettent même en relation leurs équipes de développement avec leur communauté : c’est un modèle très efficace s’il est maîtrisé et si les avis consommateurs sont réellement pris en compte.

Enfin, dernière recommandation : utilisez toutes ces données sociales ! En test and learn pour améliorer votre efficacité, mais surtout pour alimenter votre connaissance clients et ainsi façonner une relation privilégiée et engageante avec votre audience.

Alors vous êtes parés ? Si vous souhaitez des conseils plus poussés, contactez nos experts Social Media !

(1) Ifop Reputation VIP 2015

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site web stocke des données telles que les cookies pour activer les fonctionnalités nécessaires du site, y compris l'analyse. Vous pouvez modifier ces paramètres à tout moment ou accepter les paramètres par défaut.
Préférences en matière de dépôt de données

Lorsque vous visitez des sites Web, ils peuvent stocker ou récupérer des données dans votre navigateur. Ce stockage est souvent nécessaire pour la fonctionnalité de base du site Web.

L’analyse peut être utilisée comme stockage. La confidentialité est importante pour nous, vous avez donc la possibilité de désactiver ce type de stockage qui n’est pas nécessaire pour le fonctionnement de base du site Web. Le blocage de l’analyse peut avoir un impact sur votre expérience sur le site Web.