5 rue Daunou
75002 Paris

100 allée des Frênes
69760 Limonest

17 avenue de la Créativité
59650 Villeneuve d’Ascq

Rencontres

Interview croisée Spotlight | Iris et Marta répondent à nos questions sur le mariage du conseil avec l’opérationnel

Chez Kiss The Bride, nous accompagnons les entreprises et les marques sur toutes les étapes du parcours client, en conjuguant vision stratégique et excellence opérationnelle. L’une ne va pas sans l’autre, nous permettant ainsi d’accompagner au mieux nos clients !

conseil et operationnel Iris et Marta

Conseil et Opérationnel, raison et émotion, tel est le duo gagnant d’une campagne efficace, engageante et profitable.

Pour en parler, nous interviewons cette semaine notre Directrice de Clientèle à l’International, Iris Martin et notre Chef de projet Marketing à l’International, Marta Gariazzo.

Pourquoi une agence a-t-elle besoin d’un pôle conseil ?

Iris Martin : De mon point de vue, une agence doit pouvoir conseiller, accompagner le client, jusqu’à la mise en œuvre de son projet d’un point de vue opérationnel. Au niveau du pôle conseil, nous sommes donc le premier échelon exposé à la relation client. Nous devons comprendre son besoin, travailler sur les différentes stratégies et les différents dispositifs que l’on veut mettre en place avec lui ; dispositifs qui peuvent être commerciaux, marketing jusqu’à de la communication 360° que l’on peut aussi réaliser. Je dirais que notre principale valeur ajoutée, au-delà de nos différentes expertises plus techniques, est la prise de recul. Nous allons vraiment accompagner l’annonceur dans cette prise de recul. Nous l’aidons à faire de la veille sur son marché, son secteur, réfléchir à ses différents enjeux et c’est en cela que nous avons une vraie valeur ajoutée au sein de l’agence !

Marta Gariazzo : Chez Kiss The Bride, ce sont de nombreux métiers et enjeux qui interviennent dans un projet. C’est pourquoi le rôle du chef de projet s’avère essentiel : nous sommes vraiment là pour piloter et suivre les projets. On aime bien aussi se donner le surnom de chef d’orchestre car justement nous pilotons et supervisons la globalité du projet, nous coordonnons les équipes métiers qui interviennent (créa, data, tech) et ensuite nous analysons également les résultats.

Comment parvenez-vous à réconcilier conseil et gestion opérationnelle au quotidien ?

I.M : Le pôle opérationnel, et en l’occurrence Marta pour les projets internationaux, va me permettre de garder un lien avec la réalité terrain et la réalité client. C’est vrai qu’au pôle Conseil nous sommes souvent isolés et on a tendance à se laisser porter par notre imagination, notre créativité. Nous allons vouloir mettre en place des recommandations qui sont peut-être disproportionnées par rapport aux besoins clients. C’est là que les chefs de projets entrent en jeu et nous ramène à cette réalité qui est très importante. C’est en cela que nous sommes vraiment complémentaires.

M.G : C’est vrai que côté Projet nous avons la chance de pouvoir communiquer avec les clients au quotidien. Du coup, cela nous permet de connaître leurs besoins tout de suite et les remonter au pôle Conseil. C’est justement de cette complémentarité, dont Iris parlait, car on ne se limite pas seulement à livrer des dispositifs marketing qui fonctionnent. Nous sommes là également pour les suivre, les piloter et les analyser. Afin de mettre ensuite en œuvre des solutions marketing efficaces sur la durée, qui soient pragmatiques et pertinentes avec l’exigence du client.

Quelles difficultés rencontrez-vous au quotidien entre conseil et opérationnel ?

I.M : Je ne parlerais pas vraiment de difficultés, mais plutôt de contraintes qui sont liées à notre métier, comme des contraintes planning ou budgétaire. Du coup c’est vrai que l’intérêt de travailler ensemble, c’est que l’on va pallier aux contraintes l’une de l’autre. Marta par exemple, va travailler vraiment sur les productions, les tâches qui peuvent être chronophages, qui demandent beaucoup de concentration et elle a forcément moins de temps à se dégager pour travailler sur des tâches d’optimisation des recommandations et c’est là que j’interviens et que notre binôme rentre en jeu.

M.G : C’est vrai effectivement que l’on a des contraintes très différentes. Iris, bien évidemment, a une vision beaucoup plus business, c’est pourquoi notre travail ensemble me permet justement de pouvoir prendre du recul et commencer à avoir moi aussi une vision un peu plus marketing stratégique au sens plus large du terme.

Quelles solutions mettez-vous en place pour optimiser la collaboration conseil-opérationnel ?

I.M : Nous travaillons vraiment notre collaboration, notre complémentarité sur 2 axes. Le premier axe, va être de faire monter les chefs de projet opérationnel le plus en amont possible sur tout ce qui est phase d’appel d’offre et recommandation client, pour justement avoir leur vision terrain qui est très importante à prendre en compte. Et le deuxième axe de travail, va être tout ce qui est optimisation de dossier : nous allons venir étudier les dossiers qui roulent, les dossiers sur lesquels tout se passe bien et finalement optimiser un maximum ces dossiers, pour essayer de pousser le projet un peu plus loin avec le client.

M.G : Côté projet, c’est la communication le point le plus important pour échanger à propos des clients. C’est pour cela que l’on organise régulièrement des comités de pilotage, pour échanger et favoriser la communication. Justement, je ne sais pas ce que tu en penses toi Iris, mais la fidélisation client se base surtout à travers une très bonne entente en interne.

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *